Production écrite : Le plan argumentatif simple

 

Le recours aux saints

Sujet :

Certaines personnes, pour trouver des solutions à leurs problèmes (amour, famille, mariage, chômage...) recourent à des saints.

Pensez-vous que le maraboutisme (les saints, les marabouts) soit le meilleur remède aux problèmes de la vie ?

Développez votre point de vue dans un texte argumenté et illustré d'exemples.

Production écrite :

 

     Dans la réalité quotidienne, beaucoup de personnes rencontrent des soucis de tout genre : problème d’amour, de chômage, de famille, de mariage, etc. Cependant, pour résoudre ces problèmes, ces personnes recourent à de vieilles pratiques en pensant que visiter un saint ou consulter un marabout peut être un meilleur remède aux difficultés de la vie.

 

      Personnellement, je pense que ces pratiques ne sont que de fausses croyances auxquelles restent attachés les esprits d’un autre âge.

 

    D’abord, par superstition et ignorance, on attribue à des personnes, mortes ou vivantes, un pouvoir moral et magique qu’elles n’ont pas. En effet, si des personnes comme la Chouafa ou Sidi El Arafi pouvaient résoudre les problèmes de la vie, ils auraient pu résoudre avant tout la situation lamentable où ils se trouvaient eux-mêmes.

 

    Ensuite, avec peu de logique, on peut facilement constater qu’il est inconcevable que les morts puissent apporter le moindre secours aux vivants. L’exemple le plus significatif nous est fourni par « la boîte à merveilles » : Depuis leur visite à Sidi Ali Boughaleb, la situation morale et matérielle de Lalla Zoubida et de son amie Lalla Aicha ne faisait qu’empirer allant jusqu’à la faillite du mari de la première et à un nouveau mariage du mari de la seconde.

 

    Enfin, pour affronter les situations difficiles de la vie, le meilleur moyen serait de recourir à la raison et d’assumer toutes ses responsabilités. L’exemple du père de Sidi Mohammed dans « la boîte à merveilles » est significatif. Le jour même de sa faillite, il réagit intelligemment en décidant d’aller travailler à la campagne comme moissonneur et d’économiser assez d’argent afin de pouvoir rouvrir son atelier.

 

   En conclusion, on peut dire que par superstition et ignorance, ou par l’absence quasi totale de la raison, beaucoup de gens, pour résoudre les problèmes de la vie, recourent à de fausses pratiques et à de fausses croyances stériles, au lieu de faire face à ces situations par le meilleur remède que sont l’intelligence et l’esprit.